Les Jeudis du bicentenaire

Jeudi 24 janvier 2019

}

18h

Maison de l'université

Saint-André, faubourg de Rouen ou quartier de Mont-Saint-Aignan ?

Avec Jean-Pierre Chaline, professeur émérite à l’université Paris IV (Paris-Sorbonne).

Voir la présentation de la conférence

Dans un Mont-Saint-Aignan polycentrique, le quartier Saint-André tient une place particulière. Situé au pied du plateau où Saint-Aignan et le Mont-aux-Malades s’unirent en 1819, il ne s’est peuplé vraiment qu’à partir du Second Empire, dans le prolongement des faubourgs rouennais, et il n’aura un nom que vers 1900, avec la construction de l’église Saint-André, suivie de celle de l’école Berthelot. Mêlant demeures de prestige et maisons plus modestes, il reste caractérisé par un habitat individuel assorti de jardins qui en fait tout l’attrait.

Jeudi 28 février 2019

}

18h

Maison de l'université

L’urbanisation du Mont-aux-Malades : grands ensembles ou ville nouvelle ?

Avec Loïc Vadelorge, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 13.

Voir la présentation de la conférence

L’urbanisation du plateau du Mont-aux-Malades dans les années 1960-1980 représente la rupture majeure de l’histoire de Mont-Saint-Aignan qui passe entre 1946 et 1975 de 6 000 à 20 000 habitants. Comment et pourquoi cette urbanisation accélérée s’est-elle produite ? Répondre à cette question nécessite de revenir sur les grandes options de l’aménagement de l’agglomération rouennaise depuis la Seconde guerre mondiale et d’analyser la manière dont elles se sont traduites à l’échelle de la commune. Ni ZUP, ni ville nouvelle, Mont-Saint-Aignan oscille entre un modèle tardif de grand ensemble, la tentation de devenir une ville universitaire et la préfiguration du modèle péri-urbain qui caractérisera le développement des plateaux nord de Rouen dans les années 1990-2000.

Jeudi 14 mars 2019

}

18h

Maison de l'université

Le Belvédère, une maternité pionnière

Avec Alain Hénocq, pédiatre et généticien, chef de service honoraire du Belvédère.

Voir la présentation de la conférence

L’histoire du Belvédère débute à une date incertaine, vers 1135. Prieuré particulièrement bien doté par les Plantagenêt, il sera léproserie jusqu’à l’extinction de la lèpre à la fin du XVIIe siècle. Fermé à la Révolution, il sera vendu. Racheté grâce à un legs du cardinal Cambacérès, il abrite le Séminaire de Rouen jusqu’en 1905 où il est récupéré par l’État. École ménagère en 1910, il recueille des femmes enceintes seules pendant la première guerre mondiale. Il abrite alors une maison maternelle, une maternité et un hôpital d’enfants. Occupé par les armées allemandes puis alliées pendant la seconde guerre mondiale, il redevient maison maternelle et maternité en 1948, puis pouponnière en 1953. À partir de 1970, la maternité connait un développement fulgurant. La maison maternelle est transférée à Canteleu en 1985.

Jeudi 21 mars 2019

}

18h

Maison de l'université

Mont-Saint-Aignan, l’université dans la ville

Avec Olivier Feiertag, professeur d’histoire contemporaine, université de Rouen Normandie, GRHis, et Vincent Gonzalez, urbaniste.

Voir la présentation de la conférence

L’université de Rouen est fondée en 1966. Elle est marquée par le contexte des Trente Glorieuses : croissance économique, progrès social et apogée de la démocratie.

Son histoire depuis un demi-siècle pose la question de sa place et de son rôle dans son environnement : la commune de Mont-Saint-Aignan, mais aussi l’agglomération rouennaise et la région Normandie. Mont-Saint-Aignan pourrait-il devenir un jour l’Oxford français ?

Jeudi 16 mai 2019

}

18h

Maison de l'université

De la Vatine à la maison de l’université, un grand entretien avec Pierre Albertini

Avec Pierre Albertini, ancien maire de Rouen et de Mont-Saint-Aignan.

Voir la présentation de la conférence

Cette période, marquée par la réalisation de la Vatine et la restructuration du campus, correspond à la durée du mandat de Pierre Albertini et à l’achèvement de l’urbanisation de Mont-Saint-Aignan, commencée dans des années 1950. Ce sera l’occasion d’expliquer les choix ayant présidé à l’aménagement de la ville et de les situer dans le cadre, plus vaste, de l’agglomération.