Saint-André, faubourg de Rouen ou quartier de Mont-Saint-Aignan ?

Jeudi 24 janvier, de 18h à 20h, à la maison de l’université, Jean-Pierre Chaline retrace l’histoire du quartier Saint-André (entrée libre et gratuite).

 

Dans un Mont-Saint-Aignan polycentrique, le quartier Saint-André tient une place particulière. Situé au pied du plateau où Saint-Aignan et le Mont-aux-Malades s’unirent en 1819, il ne s’est peuplé vraiment qu’à partir du Second Empire, dans le prolongement des faubourgs rouennais, et il n’aura un nom que vers 1900, avec la construction de l’église Saint-André, suivie de celle de l’école Berthelot.
Mêlant demeures de prestige et maisons plus modestes, il reste caractérisé par un habitat individuel assorti de jardins qui en fait tout l’attrait.